Galerie

Un jury composé de plusieurs collaborateurs de la SDH et de représentants des locataires désignera les trois lauréats du concours. Ils seront contactés par téléphone à partir du 19 septembre.
Retour page d’accueil >

  • le 30 novembre 2009, inauguration du foyer d’accueil médicalisé « Les quatre jardins » :
    J’ai toujours été locataire à la SDH depuis l’âge de 20 ans et j’en ai 67… La SDH a parcouru ma vie dans ma vie privé ainsi que dans ma vie professionnelle, puisque j’ai travaillé aussi à la SDH pendant 35 ans ! Mais je voulais vous faire partager un souvenir inoubliable. En effet, ce 30 novembre 2009 j’ai eu la chance de participer, et le mot est faible puisque j’ai organisé l’inauguration du foyer d’accueil médicalisé « les 4 Jardins » à St-Etienne-de-Saint-Geoirs, dont le parrain est Calogero. Un très beau souvenir dont j’ai gardé cette photo.

    Agrandir l'image

Nathalie

  • 25 septembre 2010, rencontre entre voisins :
    Quelle belle rencontre ce 25 septembre 2010 ! J’avais organisé une rencontre de voisins dans une brasserie en dessous de notre immeuble à Montbonnot. C’est super de revoir Claudie, Brigitte, Laurent, Maud, Dominique, Nathalie, Gabrielle. La plupart d’entre eux sont partis ailleurs, mais je tenais à remémorer ce bon souvenir !

    Agrandir l'image

Nathalie

  • La SDH en montagne. Lever du soleil sur la Dent de Crolles :
    Je suis locataire aux « Grandes Cités » à Saint Hilaire du Touvet, et j’y suis également employée pour l’entretien des communs. Ou, au petit matin, comment faire de son travail un émerveillement, juste en levant la tête.
    Sandrine.

    Agrandir l'image

Sandrine

  • 2018, Heyrieux
    70 ans de la SDH :

    U
    n des premiers locataires du repos 1971 (actuellement référent SDH).
    Beaucoup de changements.
    A
    vant nous avions un concierge maintenant des prestataires de services.
    Nous avions des contacts amicaux avec les locataires.
    Ce jour bonjour bonsoir.
    Les choses ont évolué..
    Mes souvenirs des personnes qui nous ont quitté.
    Des enfants qui ont grandi.
    La vie est ainsi faite.
    Joyeux anniversaire a la SDH

    Agrandir l'image

Alain

  • Printemps 2018, Noyarey, mon balcon :
    belle suprise au réveil

    Agrandir l'image

Valérie

  • Eté 2003 : Le Néron en feu.
    « DU HAUT DE MON BALCON »
    J’habite depuis 23 ans, au 5ème et dernier étage d’un immeuble dominé par notre beau Vercors. Une vue imprenable !
    Pour mon anecdote, il nous faut remonter au cœur de l’été 2003.
    Souvenez-vous la canicule qui sévit sur toute la France, la sécheresse, les incendies dans le midi qui font rage… et les médias qui annoncent la planète Mars, visible en France…
    Nous sommes en Juillet-Août 2003.
    Commencé le 28 juillet, l’incendie du Néron ne sera éteint que le 29 août… par un orage !
    Depuis plusieurs semaines le Néron, un sommet dominant la vallée grenobloise, est la proie des flammes, à la suite d’un orage.
    Sans doute la foudre est-elle tombée sur la végétation sèche…
    L’accès est inaccessible pour que nos soldats du feu l’éteignent.
    Ce n’est pas faute d’avoir essayé, à l’aide d’hélicoptères, mais des flammèches transportées ça et là par le vent le rallument ailleurs…
    Les canadairs mobilisés dans le midi viennent tenter des largages, sans succès.
    Nous comprenons très bien la difficulté des pompiers, les flammèches qui rallument toujours l’incendie un peu plus loin… Les Grenoblois assistent, impuissants, à la progression de l’incendie. L’atmosphère est remplie d’odeurs de brûlé jusqu’à Tullins…

    Dans ce contexte, un soir, un gros orage éclate, rendant ainsi un espoir aux soldats du feu qui luttent vainement, depuis plusieurs semaines.
    À Tullins aussi, ce sont des trombes d’eaux qui se déversent sur la ville, en un temps record.
    De mon balcon, je vois les pompiers de la caserne juste à côté de chez moi, affairés dans un va-et-vient incessant pour aller dégager les routes d’arbres abattus et secourir les Tullinois, dont certains ont les pieds dans l’eau.
    À 22 heures, il fait nuit noire, l’orage menace encore…
    Machinalement mon attention est attirée par une lueur vacillante sur le Vercors, qui domine mon immeuble…
    J’appelle ma fille, qui me confirme aussi cette lueur dans la montagne.
    Nous prenons des jumelles et scrutons cette lueur qui vacille. Tantôt elle grandit, tantôt elle diminue…
    C’est exactement ce que nous avons observé au Néron, quand les flammèches transportées par le vent rallument le feu ailleurs. D’abord une lueur, puis elle grandit…
    Je n’appelle pas le 18, j’habite à côté de la caserne et je me déplace pour leur faire part du phénomène.
    Je ne leur parle pas « d’incendie » au Vercors, je leur demande si simplement ils ont vu ce qu’il se passe en face de la caserne au dessus de nos têtes…
    Ils sont 3 ou 4 pompiers à regarder, sceptiques… Ils avancent le fait, comme ma fille et moi, qu’un incendie est en train de prendre naissance au Vercors.
    Un pompier va chercher des jumelles et confirme.
    Après une discussion entre eux, ils décident d’envoyer une autre caserne le circonscrire, eux, sont mobilisés par les inondations à Tullins, et ne sont pas en nombre suffisant pour intervenir.
    Avec ma fille nous rentrons rassurées, le Vercors va être secouru.

    Une heure après je regarde vers le Vercors… la lueur est encore là, mais qu’est-ce que je la trouve « haute » !
    Bizarre, on a le Vercors en face de chez nous ! Ce n’est pas le Mont Blanc, ni l’Everest !
    Dans cette nuit noire, on ne distingue pas le contour de la montagne, mais sûre : elle n’est pas si haute…
    Tout a coup je réalise… la planète Mars est visible en France depuis plusieurs jours… et c’est tout simplement elle, qui scintille dans la nuit noire !
    J’étais morte de rire à l’idée que les pompiers étaient allés éteindre la planète Mars !
    Jamais de mémoires dans les casernes, quelqu’un n’avait tenté d’éteindre une « planète » !
    Je n’ai pas osé aller les voir pour leur faire part de ma bévue, ils l’auront sans doute comprise… d’eux-mêmes…
    Et oui, nos pompiers à Tullins sont très dévoués, et vont même éteindre les planètes !
    Trêve de plaisanterie, je les admire, nos soldats du feu.

    Quelques mois plus tard, lorsqu’ils sont passés aux moment des fêtes distribuer leur calendrier, je leur ai rappelé cette intervention particulière… ils se rappelaient ce fait et m’ont dit avoir envoyé les pompiers du village voisin en reconnaissance dans le Vercors !

    Agrandir l'image

Mauricette

  • Juillet 2018, Guadeloupe, ma petite-fille :
    Pas besoin de salle de sports , il y a tout sous les mains et les pieds

    Agrandir l'image

Helena

  • Vue poétique du quartier depuis le balcon de mon HLM : quelle beauté du paysage !

    Agrandir l'image

Suzanne

  • Dans notre immeuble, il y a plein d’enfants , 17 en tout pour 9 appartements ! Sans nous, la petite ecole du village serait bien vide .
    Au RDC il y a Kimberley juste en face de nous qui dit coucou depuis son jardin à Evan et Maelle du premier.
    Puis il y a Robin et Marcus au dessus, en dessous des trois nouveaux du dernier qui viennent d arriver .
    De notre côté, il y a deux paires de jumeaux, ceux du premier et du second, et dans le duplex au dernier il y a Ilona, Kylian et Tim qui depuis leur terrasse peuvent voir tout en bas la ville .
    Nous on est au rdc et on voit tout le monde passer .
    Entre 8h10 et 8h20 c’est l(heure de pointe dans notre allée, on se retrouve tous sur le chemin de l’école, on part à pied car on est juste à côté.
    Notre immeuble il est vraiment sympa et notre petit village aussi , ici on a plein d’amis .

    Eliot et Lény .

    Agrandir l'image

Béatrice